Retour sur la Web-conférence du FFFOD : le réseau régional des P@T en région Champagne-Ardenne

language-lab-181083_150Le Forum Français pour la Formation Ouverte et à Distance (FFFOD), via LiveSession, a organisé une webconférence le 8 octobre 2013 portant sur sur les spécificités du réseau des P@T en région Champagne-Ardenne.
Cette session constitue la première à laquelle j’ai participé et c’est maintenant avec beaucoup d’intérêt que je suivrai les prochains évènements.

Grâce au FFFOD, ce deuxième rendez-vous du cycle « Formation numérique et territoires », sur les politiques de formation numérique des régions, m’a permis de découvrir les points d’accès à la téléformation et plus particulièrement le réseau de la région Champagne-Ardenne.

Le P@T est une offre de service complémentaire adossée à une structure déjà existante.
C’est un lieu équipé permettant à un usager de réaliser un parcours de formation à distance, grâce à l’appui d’un animateur. Il constitue alors non seulement une ressource technologique permettant notamment de pallier la fracture numérique présente dans certains territoires ruraux et de favoriser l’accès à la formation pour tous, mais aussi d’accompagner les usagers dans le choix et l’inscription à une formation à distance et dans le suivi de leur parcours de formation. Cet aspect est essentiel puisqu’il permet notamment de rompre la distance due à la formation en ligne mais aussi de promouvoir la Foad dans les régions qui la développent. Un accompagnateur est en effet présent pour accueillir et assister les usagers dans leurs démarches.

Tous les apprenants peuvent être accueillis dans ce type de structure, mais la région a mis en place un système de chèque-formation pour les apprenants entrés dans un parcours sur prescription.
On y rencontre une majorité de femmes, de demandeurs d’emploi ou d’apprenants souhaitant préparer un concours.

C’est aussi un lieu de rencontre où l’apprenant peut entrer dans une dynamique de groupe et d’échanges avec ses pairs. Il permet de pallier aussi au manque d’autonomie et/ou de motivation de certains apprenants et de les accompagner au plus près, pendant leur parcours. Au delà, ce type de structure permet aussi de disposer de preuves supplémentaires du suivi de la formation pour les organismes financeurs.

La Champagne-Ardenne a créé 40 P@T constituant un important maillage dans les 4 départements  de la Région. Une première vaque de labellisation a été lancée par la Région pour la période 2011-2014. Pour chaque P@T labellisé, la région finance à hauteur de 5000 euros ses frais de fonctionnement et à hauteur de 3,5 € l’heure de formation pour un apprenant.  Ces points répondent à un même cahier des charges et ce réseau est animé par Laurence Dalla Libera, qui a présenté ce dispositif lors de la conférence du 8/10.

Jean Vanderspelden, consultant ITG et membre du FFFOD, a animé la conférence au cours de laquelle Madame Dalla Libera a pu aborder les points suivants :
– le contexte qui a incité le Conseil Régional à mettre en place et à accompagner ce réseau
– ses modalités de fonctionnement
– ses perspectives de développement

Au delà du suivi d’une webconférence et de l’enrichissement que cela peut apporter, ce type d’évènement permet d’échanger avec des professionnels de la formation à distance ayant des expériences et des domaines d’actions différents, de partager des points de vue, de collaborer et donc d’alimenter les discussions et sa propre expérience.

Il est possible de visualiser cette session et les précédentes, ainsi que les diaporamas des intervenants sur le site du FFFOD.

Publicités

Retour sur l’utilisation du e-portfolio pendant le Master Aigeme

blogLors de la construction de mon e-portfolio, la démarche que j’ai entreprise a été de me placer dans une processus réflexif. Je souhaitais en effet lier les différents modules du master avec mes objectifs, mes réflexions afin de contextualiser cette année de formation au sein de mon parcours.
Il était important pour moi de capitaliser mes productions et mes réflexions pour les valoriser et il s’agissait de prendre conscience de mes compétences et de celles que je devais acquérir, afin de réajuster mes objectifs.
De plus, il m’apparaissait essentiel d’utiliser cet outil comme point de départ de la construction de mon identité numérique.


Je l’ai alimenté en moyenne une à deux fois par semaine en séparant le journal d’une part et les preuves des compétences d’autre part, les deux parties étant néanmoins liées grâce à des liens hypertextes.
J’ai aussi souhaité l’alimenter par des outils externes me permettant de faire de la veille : TwitterScoop it!Delicious et différents flux de sites sur la Foad.
Cet outil est aussi lié à mon compte Scribd qui me permet de présenter mes réalisations.


Utiliser ce site régulièrement, m’a permis de créer des liens avec mes expériences passées et présentes, de suivre mon parcours pour réajuster mes objectifs et de mener une réflexion approfondie sur le projet professionnel et sur l’année de formation.
Il a constitué une aide pour donner du sens à mon parcours et faire le lien entre les différentes modules et travaux du Master.
Le fait de publier des articles à chaque rendu de devoir m’a permis de renforcer mes apprentissages.
Désormais, je pourrai l’utiliser comme un CV complet présentant mon parcours, des preuves de mes compétences, mes réflexions.


J’aurais souhaité l’alimenter davantage mais j’ai manqué de temps à certaines périodes de l’année, notamment pendant le stage et la rédaction du mémoire.
J’aurais aussi souhaité échanger davantage avec le reste de la promotion (commentaires par exemple) et écrire plus d’articles sur des nouveautés et l’actualité (logiciels, colloques, articles etc…).
Je pense travailler sur l’organisation des productions et proposer désormais une double entrée : compétences et modules du Master Aigeme.


L’utilisation du e-portfolio a été d’une grande richesse et a grandement influencé l’intérêt que j’ai porté à cette année de formation, riche en expérience et en apprentissage.


Web et didactique des langues

atlas-62742_150 Au sein du module D9CH2 « approches et usages pédagogiques disciplinaires de la Foad », Christian Ollivier enseigne la partie « Web et didactique des langues » .
Anxieuse à l’idée de débuter ce cours qui me paraissait, à l’époque, très loin de ma formation initiale, j’ai pourtant été enthousiasmée par son contenu.

Les activités variées du cours m’ont permis de prendre conscience de l’évolution de la la didactique des langues vers une perspective actionnelle dont l’élément central est la tâche. Cette évolution a été induite par le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR).
Proposer un tâche avec une approche interactionnelle, revient à demander aux apprenants de réaliser une tâche de la vie réelle. Ceci permet alors à l’apprenant de développer des compétences actionnelles et de communication au sein du contexte social dans lequel il se trouve. Il devient alors un acteur social car peut interagir avec le monde qui l’entoure et non seulement dans le cadre fermé d’une classe. Il évolue alors et s’adapte. L’enseignant devient quant à lui un facilitateur de la réalisation de cette  tâche.

Durant ce module, j’ai pu acquérir des connaissances sur :

  • les bases de la didactique de langues actuelles sur la base du Cadre européen commun de références
  • les niveaux de compétences définis par le CECR et le portfolio européen des langues (PEL)
  • l’approche interactionnelle des langues et sa mise en œuvre sur le web 2.0

Dans ce cadre, j’ai pu :

  • utiliser un PEL en ligne
  • reconnaitre et concevoir des tâches de nature interactionnelle
  • concevoir des tâches à réaliser sur le web 2.0
  • utiliser des ressources non didactisées pour la réception et la production écrites.

Depuis le début du cours, nous devions réaliser chaque semaine des activités après avoir consulté les documents proposés par l’enseignant. Nous devions échanger sur nos activités et travaux via le forum du cours que Monsieur Ollivier a suivi très régulièrement.
Tout comme le cours D9CW2 « Web 2.0 et usages dynamiques » ou le cours D9CH1 « Aspects organisationnels et conduite de projet Foad », ce module m’a permis de travailler très régulièrement et de constater ainsi au fur et à mesure de son avancement, l’évolution de mes connaissances dans un domaine que je ne connaissais jusqu’alors que très peu.
La méthodologie de travail utilisée a été très efficace pour moi puisqu’elle m’a permis d’apprendre quasiment sans m’en apercevoir. Par ailleurs, j’ai pu rapidement prendre conscience du fait que de nombreux principes enseignés dans ce cours étaient applicables à d’autres disciplines que le FLE (français langue étrangère), et faisaient ainsi écho à ma pratique d’enseignement ou de conception de modules de Foad.

Après m’être beaucoup documenté sur ce sujet nouveau pour moi, j’ai participé à la rédaction de wikis avec les autres étudiants sur la perspective actionnelle dans l’enseignement des langues et l’approche interactionnelle.
J’ai aussi eu l’opportunité de découvrir et de participer au site BabelWeb mettant en œuvre l’approche interactionnelle, mais aussi de construire mon PEL en ligne grâce à LOLIPOP.
Une fois le principe compris et acquis, j’ai alors pu proposer des tâches interactionnelles sur le Web 2.0 ainsi que des ressources en ligne et des stratégies de contournement pour aider l’apprenant dans sa réalisation.

Il nous a été demandé, lors de la tâche finale du module, de proposer une tâche dans une approche interactionnelle à des apprenants de langue de niveau B1/B2, réalisée sur un site du Web 2.0, crée par nous-mêmes ou existant.
Nous devions définir cette tâche demandant une production orale ou écrite et proposer des aides stratégiques et des ressources en ligne pouvant aider les apprenants. Nous devions aussi leur proposer des exercices en ligne en relation directe avec la tâche.

Cet exercice m’a permis de faire le point sur l’ensemble du cours et de créer spécifiquement le blog Do You Speak French? pour la réalisation de cette tâche. J’ai ainsi pu lier cet exercice au module « Web 2.0 et usages dynamiques » notamment, mais aussi au module de Madame Poumay  « Construction des connaissances et e-formation« .

Do You Speak French?

blue-48749_150

Pour la tâche finale de la partie « Web et didactique des langues » du module D9CH2 « Approches et usages pédagogiques disciplinaires de la Foad », Christian Ollivier nous a demandé de proposer une tâche dans une approche interactionnelle à des apprenants de langue de niveau B1/B2, réalisée sur un site du Web 2.0.
Après l’avoir définie, il nous fallait  proposer des aides stratégiques, des ressources et des exercices en ligne accompagnant les apprenants dans sa réalisation.

L’objectif général de la tâche interactionnelle que j’ai construite pour des apprenants de niveau B2 était de produire et de partager un article sur un blog présentant leur projet professionnel et leur CV.

Les objectifs intermédiaires étaient de :
– créer un CV sur le site Web Do You Buzz
– rédiger un article de quelques lignes sur le projet professionnel de l’apprenant, le domaine ou le métier visé, sur le blog du cours Do You Speak French?
– de commenter l’article d’un autre apprenant
– d’utiliser le site de miccroblogging Twitter pour partager plus largement le CV et l’article

Inscrite dans une approche interactionnelle, la tâche proposée demande une réelle implication de l’apprenant. Grâce aux outils du Web 2.0, il va agir en tant qu’acteur social en partageant ses productions sur un blog, mais aussi sur un site professionnel et via Twitter. L’objectif  est de créer des interactions non seulement entre apprenants sur le blog, mais aussi de générer des échanges beaucoup plus larges grâce au site Do You Buzz et à l’outil Twitter.

L’ensemble de la tâche est décrite dans le document ci-dessous, et intégralement en ligne sur le blog Do You Speak French?